Quelles sont les causes de la goutte après une opération chirurgicale ?

La goutte après une opération peut être une expérience extrêmement frustrante. Heureusement, de nouvelles recherches médicales nous aident à comprendre comment une solution chirurgicale peut entraîner les mêmes symptômes.

La goutte est une forme d'arthrite atrocement douloureuse causée par un excès d'acide urique dans l'organisme (hyperuricémie). Cela peut entraîner la formation de cristaux d'acide urique dans les articulations. Elle affecte généralement une seule articulation à la fois, le plus souvent le gros orteil.

L'obésité et un mauvais régime alimentaire sont quelques-uns des principaux facteurs de risque qui peuvent conduire au développement de la goutte. La douleur et les autres symptômes peuvent être soulagés par la chirurgie. Des études montrent que la chirurgie bariatrique a le taux de réussite le plus élevé pour soulager les symptômes de la goutte et l'hyperuricémie.

Cependant, une récente étude a également révélé que les poussées de goutte sont plus probables dans les jours qui suivent l'opération.

La bonne nouvelle est que, si la goutte peut être atrocement douloureuse et invalidante, elle est également très facile à traiter chez presque tous les patients. Cependant, il est essentiel de la détecter et de la traiter le plus tôt possible pour éviter la douleur et les complications.

Examinons de plus près ce qu'est la goutte et pourquoi elle peut survenir après une intervention chirurgicale.

La goutte : Qu'est-ce que c'est et comment cela affecte-t-il votre corps ?

La goutte devient de plus en plus courante. Selon des études, il pourrait y avoir jusqu'à 5 millions de personnes souffrant de la goutte rien qu'aux États-Unis. Des estimations encore plus prudentes avancent le chiffre de plus de deux millions de personnes.

On pensait autrefois que la goutte était une maladie qui touchait exclusivement les hommes d'âge moyen et plus âgés. Les jeunes et les femmes Les jeunes et les femmes sont de plus en plus souvent inclus dans le mélange. Cependant, la cause de l'augmentation de l'incidence chez les jeunes n'est pas claire.

Cela dit, l'allongement de l'espérance de vie, la prise de poids et l'utilisation de diurétiques pourraient tous contribuer à l'augmentation du nombre de personnes âgées.

Quelles sont les causes des poussées de goutte ?

La goutte est associée à une accumulation d'acide urique. L'acide urique est produit dans le cadre du métabolisme des purines de l'organisme. Les purines sont des substances chimiques Il se forme lorsque l'organisme décompose l'une des nombreuses substances contenant de la purine. Cela inclut les acides nucléiques provenant de notre alimentation ou de la dégradation des cellules.

La goutte peut survenir lorsqu'une personne produit trop d'acide urique ou est incapable d'en éliminer suffisamment dans ses urines (ou les deux). L'incapacité à éliminer suffisamment d'acide urique dans l'urine est la cause la plus fréquente de la goutte (environ 90 % des cas).

Les facteurs suivants peuvent augmenter vos risques de développer la goutte :

  • obésité, hypertension et/ou diabète
  • avoir un parent proche qui souffre de la goutte
  • problèmes rénaux
  • la consommation d'aliments qui provoquent une accumulation d'acide urique, comme la viande rouge, les abats et les fruits de mer
  • la consommation d'une quantité excessive de bière ou de spiritueux

Les différents stades de la goutte

La goutte est une forme d'arthrite inflammatoire douloureuse et invalidante. Elle ne touche normalement qu'une seule articulation à la fois, le plus souvent le gros orteil. Cependant, la goutte est une maladie évolutive, ce qui signifie qu'elle peut finir par s'étendre à pratiquement n'importe quelle articulation ou tissu mou du corps.

Les crises de goutte sont souvent décrites par les patients comme une apparition soudaine de gonflement, de rougeur et même de chaleur. Bien entendu, l'articulation touchée souffre d'une douleur atroce.

L'arthrite goutteuse peut se développer à la suite de poussées fréquentes, selon les Centers for Disease Control and Prevention (CDC). Il s'agit d'une version plus grave de la maladie. Une intervention médicale plus directe peut être nécessaire dans de nombreux cas.

La meilleure façon de comprendre la goutte est de l'envisager en quatre étapes :

  1. Stade 1 (taux d'acide urique élevé) : Ce stade ne présente normalement aucun symptôme et n'est pas traité. Elévation de l'acide urique sans goutte ni calculs rénaux
  2. Stade 2 (poussées aiguës) : Au cours de cette étape, les crises de goutte aiguës provoquent une douleur et une inflammation dans une ou plusieurs articulations.
  3. Stade 3 (périodes intercritiques) : Il s'agit de périodes pendant lesquelles une personne semble être normale mais risque de connaître un nouvel épisode aigu.
  4. Stade 4 (Goutte avancée) : Il s'agit d'un stade de l'arthrite goutteuse chronique marqué par des "bosses" d'acide urique, ou tophi, et des crises de goutte aiguës récurrentes. En outre, il y a souvent des douleurs entre les crises.

Complications à long terme de la goutte

Alors que les poussées de goutte peuvent sembler n'être que temporaires, l'accumulation d'acide urique dans l'organisme peut causer des dommages à long terme.

Tophi

Des amas de cristaux d'urate appelés tophi se développent sous la peau. Ils peuvent affecter n'importe quelle articulation ou cartilage, notamment les doigts, les mains, les pieds et les chevilles. Les tophi peuvent également apparaître sur les oreilles. Les tophi ne sont pas toujours douloureux, mais ils peuvent détruire vos articulations, vos os et votre cartilage s'ils ne sont pas traités.

Déformations et lésions articulaires

Lorsque vous souffrez de goutte chronique, vos articulations gonflent régulièrement. Les tophi et l'inflammation chronique peuvent causer des dommages permanents aux articulations, des déformations et des raideurs. Dans les cas graves de goutte chronique, une intervention chirurgicale pour réparer ou remplacer les articulations peut être nécessaire.

Insuffisance rénale et maladies rénales

Les cristaux d'urate peuvent former des calculs rénaux.qui peuvent provoquer des lésions et des cicatrices rénales. On pense également qu'ils nuisent aux reins avec le temps, provoquant des maladies rénales, en particulier si la goutte n'est pas traitée.

Quand la chirurgie de la goutte est-elle nécessaire ?

Il n'existe actuellement aucun traitement permanent de la goutte. En revanche, la prise de médicaments et la modification du mode de vie peuvent aider les personnes à gérer leurs symptômes de la goutte. Par conséquent, certaines personnes peuvent ne présenter des symptômes de la goutte que de temps en temps.

D'autres n'ont pas cette chance et peuvent connaître des poussées chroniques régulières. Dans ce cas, on parle de goutte tophacée chronique. Des tophi d'acide urique se forment dans cette forme plus avancée de la goutte. Il s'agit de dépôts durs qui peuvent se former sous la peau et endommager le cartilage et les os.

Dans les cas graves, un médecin peut prescrire une intervention chirurgicale si le tophi :

  • est infecté.
  • provoquer une grave déformation des articulations
  • causer des douleurs atroces
  • les nerfs vitaux sont comprimés

La goutte étant une maladie évolutive, ses symptômes ne feront que s'aggraver avec le temps si elle n'est pas traitée. Si l'on n'y prend garde, ces symptômes peuvent causer des dommages irréversibles.

Options chirurgicales pour la goutte tophacée

Pour les personnes souffrant de goutte avancée, il existe actuellement trois options chirurgicales. Elles sont les suivantes :

  1. L'ablation des tophi :
    L'ablation d'un tophi consiste à retirer toute excroissance infectée, gonflée ou douloureuse. Un tophus est retiré en préservant autant que possible les tissus environnants. Si le tophus est infecté ou provoque une gêne importante ou une déformation, un médecin peut recommander cette procédure.
  2. Fusion articulaire :
    La chirurgie de fusion articulaire consiste à fusionner les os d'une articulation, comme son nom l'indique. Bien que cette opération puisse limiter les mouvements d'une personne, elle permet de soulager des symptômes tels qu'une gêne persistante. Les petites articulations sont plus souvent fusionnées par les chirurgiens car elles peuvent contribuer à soulager la douleur.
  3. Remplacement d'une articulation :
    Dans certaines circonstances, les médecins peuvent conseiller aux patients de subir un remplacement articulaire. Les médecins utilisent cette procédure pour remplacer une articulation endommagée et douloureuse par une articulation artificielle. Cette opération peut contribuer à soulager la douleur et à faciliter le mouvement. Cette procédure est le plus souvent réalisée sur le genou.

Prévalence de l'obésité dans les cas de goutte en augmentation

Selon des études, la goutte et l'hyperuricémie touchent respectivement environ 4 % et 21 % de la population des États-Unis. Ces taux ont augmenté au cours des dernières décennies. Les experts pensent que c'est parce que l'obésité, un facteur de risque clé de la goutte, devient plus fréquente.

Contrairement aux autres types d'arthrite, la goutte est causée par des modifications du métabolisme de l'organisme plutôt que par le système immunitaire. La goutte est causée par un ensemble de facteurs génétiques, médicaux et environnementaux. Chacun de ces facteurs contribue à l'hyperuricémie ou à l'augmentation du taux d'acide urique dans le sang.

Les aliments que nous consommons peuvent avoir un impact considérable sur l'apparition des symptômes de la goutte. Cela est dû en grande partie à la purine, un composé organique présent dans de nombreux aliments. Lorsque la purine est consommée, elle est dégradée par l'organisme et transformée en acide urique, un déchet.

Les reins les filtrent généralement dans le sang et les éliminent par l'urine. Cependant, l'organisme peut parfois produire plus de purines que les reins ne peuvent en dégrader efficacement. C'est alors que l'acide urique commence à s'accumuler et à former les cristaux qui provoquent les crises.

La goutte après une chirurgie bariatrique

Il a été démontré que la perte de poids fait baisser le taux d'urate sérique, ce qui réduit la probabilité d'une crise de goutte. La chirurgie bariatrique et un plan de traitement complet peuvent vous aider, vous ou un de vos proches, à perdre du poids et à améliorer votre santé à long terme.

Il a été démontré que la perte de poids associée à la chirurgie bariatrique atténue sans aucun doute les symptômes de la goutte et l'hyperuricémie. En revanche, les poussées de goutte après la chirurgie sont plus probables à court terme.

Pendant longtemps, personne n'a su quelle était la cause de l'augmentation des poussées. Certains experts ont émis l'hypothèse que la cause pourrait être liée aux changements subis par l'organisme après une chirurgie bariatrique. En outre, il faut tenir compte des nombreuses tendances cliniques avant et après la chirurgie.

Et c'est exactement ce que les médecins ont regardé ensuite.

Des études font la lumière sur la goutte après une intervention chirurgicale

Dans deux études célèbres, des médecins ont évalué les caractéristiques cliniques et les facteurs de risque de poussée de goutte pendant la période post-chirurgicale chez des patients chez qui la goutte avait déjà été diagnostiquée.

Les facteurs de risque les plus courants pour les poussées de goutte sont les suivants :

  • Un régime riche en viande et en fruits de mer
  • Alcool
  • Sodas, jus de fruits à forte teneur en fructose ou en saccharose
  • Des médicaments tels que des diurétiques ou de l'aspirine à faible dose.
  • Ménopause
  • Maladie rénale chronique
  • Période postopératoire pour les patients ayant des antécédents de goutte

Étude n° 1 :

Un total de 70 patients ont servi de groupe témoin dans une étude de étude qui a examiné les aspects cliniques de la goutte après une intervention chirurgicale. Ces personnes avaient des antécédents de goutte et avaient consulté un rhumatologue avant de subir une intervention chirurgicale sous anesthésie générale. Ceux qui ont souffert de la goutte après l'opération ont été comparés aux patients qui n'ont pas développé de poussée de goutte.

Le groupe initial comprenait un total de 184 patients. Deux types d'individus ont ensuite été retirés du groupe d'étude. Le premier était les patients ayant subi une intervention chirurgicale sous anesthésie locale ou une intervention chirurgicale visant à établir des fistules artério-veineuses pour l'hémodialyse. Le second était les patients dont les dossiers médicaux électroniques ne contenaient pas les informations cliniques appropriées. Au total, 70 patients ont été retenus au final.

L'étude a révélé que les patients qui présentaient des taux d'acide urique élevés avant l'opération avaient un risque plus élevé de développer la goutte après l'opération. Il est intéressant de noter que l'étude a également montré qu'une diminution des taux d'urate sériques était plus susceptible de provoquer des crises de goutte qu'une augmentation des taux d'urate.

50 des 70 patients (71,4 %) présentaient des taux d'acide urique sérique plus faibles après la chirurgie. La réduction des taux d'acide urique après la chirurgie peut être associée à la famine, au jeûne et à l'administration de liquides.

Étude n°2 :

Un site étude comprenait deux groupes de 67 patients chacun. Le premier groupe était composé de patients goutteux qui ont développé la goutte après l'opération. Le second groupe de patients avait des antécédents de goutte mais n'a pas eu de crise de goutte après l'opération.

Les caractéristiques des crises de goutte post-chirurgicales ont été évaluées et comparées à celles des crises de goutte pré-chirurgicales chez les patients et les témoins. Les données démographiques, les antécédents médicaux, les données de laboratoire et les caractéristiques chirurgicales ont également été pris en compte pour déterminer les facteurs de risque de la goutte post-chirurgicale.

Certains éléments intéressants ont été révélés :

  • La goutte après l'opération survient généralement dans les 8 jours.
  • Les articulations des membres inférieurs étaient fréquemment visées par les attaques.
  • La localisation et le nombre d'articulations touchées reflètent les caractéristiques des crises de goutte du patient avant l'intervention.
  • Les patients qui avaient déjà subi une intervention chirurgicale pour un cancer étaient plus susceptibles de présenter des taux d'urate sérique élevés avant l'intervention.
  • Il existe deux façons d'éviter les crises de goutte après une intervention chirurgicale : 1) un contrôle pré-chirurgical adéquat de l'acide urique sérique et 2) l'administration prophylactique de colchicine.

Conclusion générale

D'après les résultats de ces deux études, il est clair que le contrôle des taux d'acide urique avant l'intervention chirurgicale est un facteur essentiel pour réduire le risque de goutte après l'intervention. Il est donc essentiel de continuer à prendre l'allopurinol sans interruption, sous peine de subir une poussée de goutte. Parlez-en d'abord à votre médecin !

Ajoutez la gestion de la goutte à votre routine quotidienne

La chirurgie bariatrique peut vous aider à éviter certaines des difficultés à long terme associées à la goutte. Toutefois, les cliniciens et les patients doivent savoir que la chirurgie bariatrique n'est pas recommandée comme traitement de première intention de la goutte.

Vous ne devez pas subir une chirurgie bariatrique dans le seul but de soulager vos symptômes de la goutte. Comme toujours, discutez avec votre médecin du plan de traitement de la goutte qui vous convient le mieux !


    2 réponses à "La goutte et la chirurgie".

    • Margo

      Merci Spiro pour toutes ces informations. Je suis aussi une très vieille dame de 80 ans et j'aime votre beau visage. Margo

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.